Comment peut-on croire aux miracles aujourd'hui ?

Alors que la science joue un rôle déterminant dans notre société, elle n’empêche nullement la croyance aux phénomènes surnaturels. On peut d’ailleurs facilement se convaincre que cette ambivalence ne correspond pas à une partition de l’opinion publique en deux groupes clairement distincts : en effet, certains scientifiques laissent une place à l’irrationnel, alors que les tenants avérés de l’irrationnel ne nient pas le bien-fondé des approches scientifiques, en reconnaissant à celles-ci un domaine de validité. Tout le débat porte ainsi sur la possibilité, admise par certains, refusée par d’autres, de définir des territoires obéissant à des législations différentes, matérielle et scientifique d’une part, divine et surnaturelle de l’autre.

Le passé récent a vu les autorités religieuses restituer aux miracles une importance plus grande ; on peut légitimement s’interroger sur le pourquoi de cette stratégie, qui autorise certainement une investigation sociologique.

Pour aborder cette question à partir de positions et de disciplines diverses:

Claude Javeau, Professeur émérite de sociologie de l’Université Libre de Bruxelles, essayiste et écrivain
En sociologue, Claude Javeau interroge la notion de miracle à partir de deux points de vues :
1° l’existence d’occurrences inopinées et salvatrices dans la vie quotidienne, si ténues soient-elles, qui peuvent être considérées comme “miraculeuses”;
2° sans se prononcer sur la véracité des récits faisant état de miracles au sens religieux du terme, le fait qu’ils sont l’objet de croyances et d’argumentations spécifiques.

Monseigneur Léonard, Archevêque de Malines-Bruxelles
« Le miracle est un prodige inexplicable dans les conditions actuelles de la science, s’exprimant dans la nature physique et se produisant dans un contexte religieux, mais obtenu sans autre moyen que la prière, à l’exclusion de toute pratique magique, prodige dans lequel l’Eglise reconnaît, après enquête, un signe du salut offert en Jésus-Christ et une expression de l’harmonie du monde nouveau inauguré par sa résurrection »

Anne Morelli, Professeure à l’ULB, directeur-adjoint du Centre d’étude des religions et de la Laïcité.
« Les miracles n’existent pas. J’accorde crédit à l’évidence de mes sens ou à des preuves scientifiques mais les prodiges attribués à Jésus-Christ comme “preuve” de sa mission divine ont pour seule “preuve” le témoignage de ceux qui ont affirmé en avoir été témoins. Ce type de superstition existe dans de nombreuses religions et est destinée à impressionner les âmes simples. »

Débat animé par Jean-Pol Hecq, journaliste et producteur de l’émission « Et Dieu dans tout ça ? » – Magazine des philosophies et des religions sur les ondes de La RTBF (La Première).

Le jeudi 31 mars 2011 à 19 h
Entrée : 5 € – 3 € (étudiants et demandeurs d’emploi)
Réservation souhaitée : +32 65 31 53 43 – info@mundaneum.be

Informations pratiques

Mondaneum - la matière & l'esprit

T : +32 65 31 53 43
W : www.mundaneum.be
@ : info@mundaneum.be

Partage